boule Section BRIDGE COTE 145 faces

Si vous souhaitez vous initier ou jouer au bridge

Rejoignez la Section de la Côte 145



Un jeu de 52 cartes serait-il plus puissant que n’importe quel médicament pour entretenir la jeunesse de notre cerveau ? Les chercheurs s’intéressent aujourd’hui de près aux vertus du bridge,dont la pratique régulière pourrait ralentir l’apparition de la maladie d’Alzheimer. Le bridge dont on dit qu’il est le roi des jeux – associant stratégie, déduction, concentration et mémoire –,apparaît aujourd’hui comme un allié de choix pour préserver nos capacités cognitives. Contrairement à d’autres jeux plus « mécaniques », le bridge présente l’avantage de confronter sans cesse le joueur à des situations nouvelles, selon les multiples possibilités de combinaisons de cartes et les stratégies adoptées par les partenaires.
Or, plus nous sommes amenés à gérer de situations nouvelles, plus nous sommes aptes à en résoudre. Le cerveau est un muscle qui s’entretient! Le bridge amène aussi à faire évoluer sa stratégie en cours de partie, en fonction des nouvelles informations données par les autres joueurs. Un vrai challenge pour le cerveau, obligé d’emprunter des chemins de traverse plutôt que de suivre des raisonnements stéréotypés et sans prises de risque. Jeu d’équipe opposant deux partenaires à deux autres joueurs, le bridge mobilise la solidarité et la rivalité :le plaisir de jouer en équipe mais aussi celui de gagner s’ajoute donc à la gymnastique intellectuelle… et permet d’en retirer tous les bénéfices. Le bridge est aussi un vrai moment de sociabilité, de convivialité, souvent partagé à l’extérieur de chez soi.
Or, on sait aujourd’hui qu’une personne isolée a plus de risques de développer une maladie d’Alzheimer. La fontaine de jouvence serait donc un cocktail bien frappé d’intelligence et de convivialité : à vos cartes !



couleurs

Le bridge   est un jeu de calcul qui consiste, pour l'essentiel, à se fixer un but en fonction des moyens que l'on a (le contrat, défini au cours de la période des annonces), et à mettre ensuite en œuvre les moyens dont on dispose, c'est-à-dire les cartes du déclarant et celles du mort, pour atteindre ce but, tandis que les flancs utilisent leurs cartes pour s'opposer à la réalisation de cette intention. Pour jouer convenablement au bridge, il est donc nécessaire d'adopter une méthode d'annonces homogène, qui soit la même que celle de son partenaire, et d'apprendre à manipuler convenablement les 13 cartes que l'on a en main. Dans la mesure où on est amené à jouer avec des partenaires extrêmement différents, il est souhaitable que le système d'annonces adopté ait un caractère à peu près universel.

 

Les grands
principes
Il faut s´engager sur la réalisation d´un contrat. Il y a quatre joueurs. Une équipe Nord-Sud contre une équipe Est-Ouest. La distribution est de 13 cartes par joueur pour un total de 52.

Un professeur apprendra ainsi, en quelques heures, le B-A BA du bridge : comment évaluer une main, comment l'annoncer dans les cas les plus courants, comment répondre aux annonces classiques, etc. Signalons que, parmi tous les systèmes qui ont été proposés, celui qui est le plus couramment joué, dans le monde entier, est le système dit de la longue. Les méthodes plus sophistiquées, comme la pratique systématique des enchères dites inversées, le canapé, etc., peuvent être étudiées ultérieurement. De toute façon, on ne peut les employer qu'avec un partenaire les connaissant parfaitement, ce qui n'est pas toujours très fréquent (du moins en partie libre).

L'apprentissage du jeu de la carte est plus long et plus délicat. Il faut d'abord apprendre à manipuler les cartes, bien retenir un certain nombre d'adages classiques sans oublier que, très souvent, ils connaitront des exceptions. S'exercer, en étalant les quatre jeux sur une table, à diverses combinaisons. Le jeu de la carte n'est pas uniquement une affaire de méthode, c'est aussi une affaire de bon sens.

Un joueur qui passe quelques heures par semaine à s'entraîner méthodiquement devient un partenaire autonome en quelques semaines. Au bout d'un an, il peut aborder les parties difficiles et, s'il est doué et s'il a du temps, il peut devenir, peu à peu, un grand joueur.

couleurs




Les notions élémentaires




Les Annonces





Les Réponses















Section BRIDGE COTE 145
Card image cap Daniel Ansart

Le Lundi

Présence de Daniel et Martine, son épouse. Révision ou apprentissage de donnes ou d'annonces particulières. Jeu avec de donnes préparées puis commentées par Daniel Table réservée aux "débutants" Jeu avec des donnes non préparées suivi des corrections de Daniel.

Les horaires
Les Lundi et Vendredi
de 14 à 17 H

Card image cap Une séance avec les enseignements de Daniel

La Section

fonctionne depuis Septembre 2012. Dans une ambiance conviviale, encadré par Daniel Ansart, l’objectif est dans un premier temps d’apprendre les rudiments du jeu de cartes puis de progresser régulièrement..

Pour nous rejoindre
Salle Prévert
7, rue Lamartine - 62580 VIMY
Tél : 03-21-73-73-51

bridge145@gmail.com

La participation

s'élève à 25 Euros par an

Card image La Salle Prévert

Le Vendredi

Jeu avec des donnes non préparées Toute difficulté d'annonce rencontrée par un joueur peut être exposée en cours de partie; une reflexion est alors menée avec les autres joueurs pour envisager la meilleure solution.

La participation comprend

10 Euros d'adhésion à l'Association et 15 Euros de participation aux frais de renouvellement de matériel et de "pause gourmande" lors de chaque séance.




Logo


L' Association Cote 145, créée en avril 2008, se propose de partager avec vous ses activités et de continuer son développement, créer de nouvelles sections pour toujours donner à ses membres un horizon nouveau. La premiére section créée a été la section Vimy-Rando qui organise régulièrement des sorties sur Vimy ou dans la région. Actuellement 19 sections travaillent et se développent au sein de l'association qui compte environ 500 membres se répartissant dans une ou plusieurs activités.

       Depuis le début de la guerre de position, en octobre 1914, la crête de Vimy, au nord d’Arras, qui culmine à 145 mètres (Cote 145), a constitué un point fort du dispositif défensif mis en place par les Allemands : elle leur permet de contrôler l’ensemble du champ de bataille, à la fois vers Arras, demeuré aux mains des Alliés, et vers la partie occidentale du bassin minier qui a échappé à leur occupation ; des batteries de canons, installées à contre-pente mais commandées depuis le sommet du plateau, tirent sur les lignes alliées du secteur d’Arras avec une quasi impunité. En raison de son importance stratégique, la crête a été massivement fortifiée, avec des lignes de tranchées ponctuées d’abris bétonnés et, surtout, des installations souterraines de grande ampleur, permises par la nature crayeuse du terrain. De la fin de l’année 1914 à la fin de 1916, toutes les tentatives alliées pour s’emparer de ce verrou ont échoué, qu’il s’agisse des attaques françaises de mai 1915 ou des tentatives britanniques à partir de la plaine de Gohelle, dans le secteur de Loos, autour de la « colline 70 ». Réunies pour la première fois en corps d’armées homogène au sein de l’armée britannique, les quatre divisions canadiennes ont été incluses dans le dispositif d’attaque programmé pour le début d’avril 1917 dans le secteur d’Arras : il s’agit d’une offensive britannique destinée à fixer des unités allemandes, quelques jours avant l’effort principal, dévolu à l’armée française, sur le Chemin des Dames. Alors que les unités anglaises doivent porter leur avance à l’est d’Arras, le long de la Scarpe, les Canadiens ont mission de s’emparer du plateau de Vimy.